Guide Pratique | Les idées reçues | www.hedios.com
Appeler Souscrire

1. C’est compliqué

La formule de remboursement n’est pas si compliquée.
 
Il faut retenir 2 notions essentielles :
 
  • Le niveau de l’Indice de référence qui déclenche le remboursement par anticipation avec un gain,
  • La barrière de protection à l’échéance (risque de perte en capital).
Si la conception d’un support Gammes H s’avère complexe, les conditions de remboursement sont particulièrement simples à appréhender.
 
Chaque support s’appuie en effet sur une formule de rémunération claire et transparente, ainsi que sur des risques clairement identifiés.
 
En outre, les solutions de placement Gammes H ne nécessitent pas de suivre de près les marchés financiers, ni de rechercher le meilleur moment pour investir.
Les Gammes H offrent des possibilités de rémunérations attractives mais le souscripteur doit bien comprendre leur fonctionnement global. Les mécanismes des offres sont assez semblables et les différences portent principalement sur le niveau de déclenchement, la barrière de protection et la fréquence des dates de constatation.

2. C’est trop risqué

Le souscripteur accepte un risque clairement identifié de perte en capital partielle ou totale :
 
  • en cours de vie en cas de revente anticipée si la valorisation est négative ;
  • à l’échéance en cas d’effondrement durable des marchés actions (au-delà de la protection) ou encore en cas de défaillance des banques émettrices et des garants des formules de remboursement ou de l’Assureur.
 
Deux caractéristiques essentielles des Gammes H réduisent cependant ces facteurs de risque par rapport aux placements traditionnels :
 
  • Un remboursement automatique anticipé peut intervenir à des date fixes en cas de simple stabilité ou de légère progression de l’Indice de référence. Les fonds sont alors restitués et le souscripteur n’est plus exposé au risque d’un retournement de marché.
  • S’il n’y a pas eu de remboursement anticipé, une protection du capital à l’échéance de 10 à 12 ans permet de récupérer le capital investi jusqu’à un certain niveau de baisse de l’Indice de référence. Les frais liés à son contrat d’assurance-vie restent

3. C’est une boite noire

Un support Gammes H est toujours composé d’une obligation (qui permet de protéger le capital à l’échéance tant que l’Indice de référence n’a pas franchi la barrière de protection) et d’options (qui sont le moteur de performance permettant d’obtenir les rémunérations contractuelles et conditionnelles).
 
Les émetteurs sont systématiquement mis en concurrence par Hedios et leurs marges sur les différentes composantes sont assez serrées.

4. Mon argent est bloqué

Tous les supports Gammes H disposent d’une valorisation quotidienne, permettant de revendre à tout moment tout ou partie de sa position en cas de nécessité.
 
Les placements Gammes H sont donc liquides comme les placements classiques de type actions ou obligataires.
 
Cependant la revente anticipée n’est pas conseillée dans la majorité des cas.
 
Il est en effet généralement préférable d’attendre les dates de constatation permettant le remboursement par anticipation (prévues contractuellement et connues dès la souscription) ou la date de constatation finale associée à la protection du capital jusqu’à un niveau de baisse prédéfini.

5. Les produits structurés ont mauvaise presse

Par le passé, les produits structurés ont effectivement énormément souffert des déboires d’un tout petit nombre de cas ayant pourtant eu un fort écho médiatique.
 
Les médias se sont notamment cristallisés sur des dossiers contentieux portant sur :
 
  • Certains produits structurés à capital garanti qui n’ont pas restitué 100 % du montant du placement à leur échéance, leurs souscripteurs ayant supporté des frais de contrats d’assurance-vie dont ils n’avaient pas été suffisamment informés.
    Hedios insiste systématiquement sur tous les frais des supports Gammes H, y compris ceux du contrat d’assurance-vie, même s’ils ne sont pas inhérents aux Gammes H.
  • Certains produits structurés, qui reposaient sur la moins bonne performance d’un panier d’actions, se sont soldés par des pertes en capital.
    Les supports Gammes H ne reposent jamais sur la moins bonne performance d’un panier d’actions. La famille des produits structurés est éclectique : il ne faut pas comparer les Gammes H à ce type de produits structurés.

6. 8% par an, c’est trop beau pour être vrai !

Les solutions de placement Gammes H visent effectivement 8 % par an de moyenne de rémunération nette de tous frais, mais cette rémunération n’est jamais garantie.
 
Il s’agit donc d’un objectif de rémunération face à un risque de perte en capital en cours de vie et à l’échéance.
 
Les rémunérations s’obtiennent sous conditions et elles ont toujours des contreparties.

7. On gagne à tous les coups

La promesse des Gammes H est de permettre de délivrer une rémunération nettement plus élevée qu’un fonds en euros, avec un niveau de protection significatif.
 
Cette rémunération est évidemment sous conditions et les supports Gammes H présentent toujours un risque de perte en capital en cours de vie et à l’échéance.

8. Et si les marchés sont hauts ?

Les Gammes H bénéficient de caractéristiques essentielles qui les différencient des placements traditionnels.
 
D’une part, les Gammes H peuvent être remboursées, avec une rémunération annuelle fixée dès le départ, sans hausse nécessaire (sinon modérée) de l’Indice de référence, alors qu’une décision d’investir directement sur les marchés actions n’a de sens qu’en cas d’anticipation haussière (hors dividendes).
 
D’autre part, les supports Gammes H sont généralement dotés d’un effet mémoire qui consiste à mettre de côté l’ensemble des rémunérations annuelles pour les verser en totalité si les conditions du remboursement sont réunies.
 
Ainsi, si l’évolution de l’Indice de référence est défavorable dans un premier temps parce que les marchés étaient effectivement en haut de cycle, une remontée au bout de quelques années juste au-dessus du niveau de déclenchement permet de récupérer toutes les rémunérations annuelles qui auraient été mises de côté depuis l’origine.
 
Enfin, les souscripteurs qui jugent les marchés trop hauts doivent s’orienter vers les supports Gammes H les plus défensifs, quitte à renoncer à des rémunérations potentiellement plus élevées.

9. Les nouveaux Indices de référence sont "exotiques"

Les banques émettrices ont conçu de nouveaux Indices de référence dits "optimisés" ou "intelligents" qui, tout en restant historiquement corrélés de façon flagrante à l’indice Euro Stoxx® 50, permettent d’améliorer sensiblement la rémunération potentielle, la barrière de protection ou le niveau de déclenchement.
 
Ces nouveaux Indices visent à compenser l’érosion de la rémunération des supports reposant sur l’indice Euro Stoxx® 50.
 
Cette baisse de rémunération est consécutive aux baisses des taux et de la volatilité sur les marchés (paramètres déterminants pour la conception de nouveaux supports).
 
Ils n’ont donc pas vocation à faire mieux que l’indice Euro Stoxx® 50, mais à lui être le plus corrélés possible, tout en offrant une meilleure rémunération potentielle et/ou une meilleure barrière de protection et/ou un meilleur niveau de déclenchement.
 
Ils sont, tout comme l’Euro Stoxx® 50, composés des plus grandes sociétés européennes.
 
Ils n’ont donc rien d’exotiques.

10. Il y a beaucoup de frais

Un support Gammes H présente une structure de frais moins pénalisante qu’un support actions.
 
Les coûts de conception et de distribution d’un support Gammes H sont au maximum de 0,70 % par an sur leur durée de vie maximale.
 
Il n’y a pas de frais ni d’entrée, ni de sortie.
 
Les rémunérations potentielles annuelles sont d’autant plus importantes que les banques émettrices sont mises en concurrence.
 
Les rémunérations sont annoncées tous frais inclus, c’est-à-dire qu’il n’y a aucuns frais en plus.
 
L’objectif et l’historique des performances depuis la création des Gammes H sont en outre présentés en incluant les frais du contrat d’assurance-vie Hedios.
 
Par comparaison, les supports actions prélèvent en moyenne 2,20 % par an de frais de gestion, auxquels il faut éventuellement rajouter les frais d’entrée et de sortie sur les supports et sur leurs enveloppes de souscription, les frais de transaction à l’intérieur des supports lors des achats et ventes des actions et accessoirement une commission supplémentaire des gérants à la performance, tous ces frais s’imputant sur les performances finales.

une question,
besoin d’un rendez-vous ?

L'équipe Hedios se tient à votre disposition du lundi au vendredi de 7h à 19h

Paris - 01 53 45 98 00
Londres - 02034 455 094